Apprendre à manger équilibré : 4 blocages contre lesquels il faut lutter!

Manger équilibré

Quand on parle de « manger équilibré », la première association qui vient à l’esprit c’est « régime » ou « pour maigrir » ou « pour perdre du poids ». Comme si, les personnes qui n’ont pas de « problèmes » de poids, n’en avaient pas besoin. Si ça peut vous rassurer, tout le monde devrait manger équilibré, indépendamment du poids et du fait que vous fassiez une taille 46 ou 36. Mais effectivement, si vous avez des problèmes de poids ou de santé, il est grand temps de vous y mettre vraiment.

Manger équilibré : d’abord une question d’habitude

apprendre à manger équilibréLorsque j’étais enfant, je buvais du café avec 3 sucres. Et j’ai perpétué cette habitude jusqu’à l’âge adulte en trouvant cela « normal ». Un jour sur deux, je mangeais dans un snack « durum poulet s’il vous plait, frites à l’intérieur, toute la salade, sauce andalouse ». Les desserts (surtout les couques suisses) étaient des membres privilégiés de ma famille alimentaire. Les glaces, les barres chocolatées, les sodas…Ahhh les sodas, j’ai bu toutes les sortes de sodas qui devaient exister avec des coups de cœur pour les saveurs agrumes ou les saveurs improbables. Les fritures – qu’ils s’agissent de frites surgelées ou de toute sorte de viande qu’on pouvait plonger dans un bain d’huile – représentaient une forme de bonheur pour nous.  Tout cela a été d’une normalité absolue pour moi (et mes frères).

En grandissant, je n’ai jamais remis en question ce modèle alimentaire, pourtant je critique à peu près tout dans ma famille mais ça, c’était tellement normal. J’ai longtemps cru que toute la terre se nourrissait comme ça…Bon c’est un peu le cas mais je croyais qu’il n’existait pas d’autres types d’alimentation que celui-là. Alors oui, ça parait con mais j’avoue, je n’ai jamais réfléchi à mon alimentation les 25 premières années de ma vie. Je dis 25 parce que j’ai honte de dire les 30 premières années de ma vie…Si je devais me trouver une excuse, c’est que je fais partie de ces gens, comme mes frères, qui ne prennent pas de poids malgré une alimentation affligeante. Comme tout le monde je me disais « pas de prise de poids, continue à manger comme ça ».

Vous pouvez lire aussi « Top 9 des citations illogiques censées vous remotiver »

La révélation

Le fruit du hasard professionnel a fait que je me suis intéressée à l’alimentation saine et équilibrée. J’ai, pour le boulot, lu des tonnes d’articles et de livres sur le sujet, rencontrer une diététicienne, etc. Là j’ai réalisé qu’il y avait un grave problème dans ma vie : JE NE CONNAISSAIS STRICTEMENT RIEN A CE SUJET. J’avais 30 ans… et je trouve ça un peu pathétique aujourd’hui. Mais je suis certaine, que de nombreuses personnes sont dans le même cas.

Les lectures et l’analyse de la question m’ont fait prendre conscience de mon état. J’ai commencé à noter ce que je mangeais sur une journée, histoire d’évaluer les dégâts. Je ne mangeais pas beaucoup mais quelle catastrophe au niveau du contenu! Légumes : inexistants! Eau : Remplacée par des sodas (y a bien 98% d’eau non?) Fruits : dépend des saisons. Café : 3 sucres. Thé : 3 sucres. Yaourt nature : 3 sucres (vous saisissez toute la cohérence de mon choix de yaourt). Durum : 3 à 4 fois par semaine. Sodas : 4 à 5 litres par semaine. Bonbons : au moins 1 paquet par semaine, 2 en période de stress. Chips : 2 par semaine. Gâteaux : 1 ou 2 par jour. J’arrête l’inventaire ici, il me donne la nausée rien que de l’écrire.

Alors oui je n’ai pas de poids à perdre au moment de ma révélation, mais je me demande quand-même comment je peux ingurgiter tout ça et ne pas être obèse. Merci la génétique. Mais il y a autre chose, je me sens toujours fatiguée, toujours épuisée et je commence à me dire que, peut-être, ça pourrait être lié à mon alimentation folklorique.

Changer ses habitudes, ce n’est pas facile. Apprendre à manger équilibré, ça l’est encore moins pour des centaines de raisons. J’en mets 4 en évidence ici parce qu’elles sont les plus flagrantes.

1. Manger mal, ça s’est transmis et ça se transmet

Les parents, la famille, la culture nous donnent un rapport plus ou moins sain à la nourriture. Le cadre dans lequel vous avez grandi vous donnera une norme que soit vous remettrez en question, soit, comme dans mon cas, vous appliquerez ce cadre sans vous posez de question. Le problème c’est que, aujourd’hui, suite aux maladies et aux problèmes de surpoids/obésité, il y a une vraie prise de conscience de l’importance de manger équilibré.

apprendre à manger équilibréIl y a 20 ou 10 ans, il n’y avait pas d’émissions tous les dimanches soirs. Tout ça pour nous dire qu’on doit faire attention et qu’on ne peut presque rien manger à cause des additifs, des pesticides et des E411 (c’est une autoroute ça non?). Les choses ont donc évolué. Mais ce n’est pas pour autant que les gens mangent mieux. J’en veux pour preuve cette enquête sur la malbouffe qui donne un top 10 des pays où on se nourrit le plus mal : L’Arménie, la Hongrie, la Belgique, la République tchèque, le Kazakhstan, le Bélarus, l’Argentine, le Turkménistan, la Mongolie et la Slovaquie.

Sérieux quoi ? La Belgique est entre la Hongrie et la République Tchèque et la Ministre de la santé ne démissionne pas ? Mais que fait la police ! Si vous êtes calés en géographie, vous constaterez que la Belgique est même le seul pays d’Europe occidentale à être dans ce classement foireux. On peut quand-même se rassurer en se disant que le Kazakhstan a fait pire que nous…

Vous pouvez lire aussi « Film Free To Run : 3 raisons qui en font LE cadeau original »

2. Manger équilibré est difficile avec nos modes de vie

apprendre à manger équilibréDonc même avec les informations, les reportages, les vidéos youtube, les articles, les blogs, etc. le belge moyen ne mange pas équilibré. La malbouffe a pignon sur rue et est normalisée. Tous les bureaux ont des machines à sodas, des machines à crasses, des machines à produits laitiers pour se donner bonne conscience et parfois une machine « Oxfam ». Mais il n’y a jamais la file derrière cette machine-là.

Si on revient au classement dont je parlais plus haut, les 10 pays où l’on se nourrit le mieux (le Tchad, la Sierra Leone, le Mali, la Gambie, l’Ouganda, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Israël et la Somalie) sont malgré tout, pour la plupart, des pays qui ne sont pas soumis aux diktas de la nourriture industrielle, des plats surgelés et de Deliveroo…

Par ailleurs, en plus de nos modes de vie et de l’effarante accessibilité de la malbouffe, les « autres » (l’entourage, les collègues, la famile) ont un sacré problème avec l’alimentation équilibrée. Si vous refusez une part de gâteau à la crème ou un paquet de frites, on vous regarde avec la haine. Comme si ça changeait quelque chose à la vie des gens… Vive les modes de consommation qui ont évolué dans le mauvais sens… Pour couronner le tout, une pression sociale conforte ces modes de consommations.

3. Manger équilibré : c’est noir ou blanc

apprendre à manger équilibréBeaucoup se mettent en tête que l’alimentation équilibrée c’est soit je mange équilibré soit je mange pas équilibré. Sans le moindre entre-deux. Aucune nuance ne vient colorer ce tableau. J’entends parfois « j’ai essayé ça n’a pas marché » alors que cette phrase n’a aucun sens. Trop de personnes confondent la perte de poids et l’alimentation équilibrée. « Si je n’ai pas maigri en équilibrant mon alimentation, c’est que cela ne fonctionne pas » et donc, perdu pour perdu, autant revenir à la malbouffe. C’est cohérent, n’est-ce pas…

Manger équilibré ce sont de nouvelles habitudes à prendre et à créer. Elles prendront le temps qu’il faudra, et si vous n’y arrivez pas tout de suite, tenez-bon. Et revenez sur mon blog! Plutôt que de tout abandonner.

Vous pouvez lire aussi « Top 14 des coureurs qui vous rendent dingues »

4. Manger équilibré, ça fait pitié

apprendre à manger équilibré Dans l’imaginaire collectif, si vous mangez équilibré, vous êtes forcément malheureux-ses, peut-être dépressifs-ves et certainement frustré-e-s. Alimentation équilibrée et plaisir ne font, visiblement pas bon ménage dans les représentations. Manger équilibré rime avec privation, absence de goût et souffrance.

Je vous rassure, je mange équilibré et je vis très bien. Je vis même mieux. En effet, je me sens moins fatiguée et j’ai moins de symptômes allergiques. De plus, je suis plus en phase avec mon corps. Manger équilibré n’est donc pas synonyme de suicide alimentaire ou de mise à mort.

Mais rassurez-vous : Manger équilibré, ça s’apprend

Moi, je suis partie de loin. De très loiiiin. Je suis partie d’habitudes alimentaires familiales catastrophiques pour arriver à une prise de conscience des enjeux de l’alimentation. Par de petits changements simples et progressifs, j’ai amélioré considérablement la qualité et l’équilibre de mon alimentation. Cela prend du temps mais ce sont des changements durables qui deviennent naturelles.

Dans cette rubrique, je vous propose chaque semaine de développer un sujet en lien avec l’alimentation équilibrée. Ensuite, avec des trucs et astuces, vous aidez à appliquer mes conseils au quotidien. Un changement brusque, ne rapporte rien à votre corps ou dans votre vie. Le changement doit être progressif mais surtout sensé. Vous devez comprendre pourquoi vous rééquilibrez votre alimentation, pourquoi vous en avez marre de votre consommation, pourquoi vous voulez reprendre le contrôle sur votre vie. Quand le déclic est fait, le reste suit.

Bien entendu, si vous démarrez la course à pied, ou êtes en projet de démarrage, rééquilibrer votre alimentation aura d’autant plus de sens que vous serez de plus en plus en phase avec votre corps.

Avec RemotivAction, reprenez le contrôle !

 

Commentaires Facebook
Close