Courir et méditer : 8 astuces pour rester ZEN

Run run run

Courir et méditer pour rester Zen, en voilà une belle ambition. On pourrait croire, je l’ai cru aussi, à une nouvelle mode comme le plogging, mais en réalité je n’en sais rien. Ce que je sais par contre c’est que l’idée est séduisante. D’autant plus que, un jour où je m’ennuyais dans ma vie, j’ai lu le miracle morning, et je me suis mise à la méditation matinale. Contre toute attente, j’ai pris goût au fait de m’arrêter physiquement, de me centrer sur moi-même et de respirer. Puis, un peu par hasard, j’ai découvert qu’il était possible de faire du 2 en 1 : courir et méditer. Mais comment puisque ces 2 pratiques semblent à priori opposées ? 

En effet, pourquoi méditer et courir en même temps et surtout comment ? Pour ma part, la raison est simple : j’ai du mal à ne « rien faire ». Méditer assise a été un apprentissage long et difficile. Dès que j’arrête de pratiquer, je me retrouve à reprendre l’apprentissage au début et c’est dur. L’avantage de la méditation en courant permet d’allier une pratique spirituelle et physique en même temps. Pour les personnes qui ont du mal à rester assise, c’est donc plus qu’idéal mais ce n’est pas pour autant que cela va de soi. 

Je ne dis pas que chaque sortie doit avoir une vocation méditative (sauf si c’est votre choix), je vous invite à insérer 1 fois par semaine par exemple, une sortie méditative. Ou en tout cas à tester. Et si vous lisez cet article, c’est que vous avez envie de tester alors voici 8 astuces pour vous aider à y arriver.

Comment courir et méditer ?

Courir et méditer, astuce 0 : Courez dehors

C’est l’astuce 0, autrement dit, l’astuce de base. Courir dehors pou méditer est plus logique que courir sur un tapis dans une salle de sport. Il s’agit ici d’une activité d’ordre spirituelle et même si, une activité spirituelle peut avoir lieu n’importe où, privilégiez les lieux plus propices à la reconnexion avec soi. Et les salles de sport ne semblent pas être des lieux propices à la méditation. Mais vous êtes libres de faire ce choix, et heureusement.

>>>Vous pouvez lire aussi Apprendre à courir quand on n’a plus (de) 20 ans : Stop à ces 4 idées reçues

Courir et méditer, astuce 1 : Ne pas aller au milieu de la rue Neuve ou à Barbès

Ma première astuce pleine de bon sens consiste à vous encourager à privilégier des lieux calmes, verts et si possible loin de la circulation. Mais je sais que ce n’est pas toujours possible. Dans le cas où ce n’est pas du tout possible, évitez les rues pleines de monde, les lieux commerciaux, les foires en tout genre, etc. Prenez Google Maps et visualisez votre quartier et les alentours. Imaginez un itinéraire qui ne vous mène pas droit sur la foire du midi en été ou la marché de Noël en hiver.

>>>Vous pouvez lire aussi : Top 9 des citations illogiques censées vous remotiver

Courir et méditer, astuce 2 : Ne pas embarquer son armada électronique et autre

De plus en plus de coureurs et de coureuses sont hyper équipé-e-s, moi aussi. Il faut la grosse montre GPS, la ceinture cardio, le MP3, le téléphone, le mini-déo qui fait bombe  lacrymo, les clés, l’eau, … et tellement d’autres choses parfois. Courir et méditer incite à laisser de côté ce qui n’est pas essentiel. Si vous vivez seul-e, il est clair que vos clés sont essentielles…mais pas votre GPS, ni la ceinture cardio, ni votre MP3. Faites le tri sur ce qui est obligatoire et ce qui est superficielle. Devenez une sorte d’ascèse qui renonce aux biens matériels le temps d’une course. Personnellement, je ne prends pas mon trousseau juste ma clé et des mouchoirs. C’est bizarre au début car on a l’impression d’avoir oublié un tas de choses mais on finit par s’habituer au fur et à mesure des foulées.

>>>Vous pouvez lire aussi Course à pied pour débutant : 8 conseils pour commencer à courir

Courir et méditer, astuce 3 : Donnez-vous du temps pour vous mettre dans le bain

Méditer ça s’apprend, pas toujours vite mais ça s’apprend. Par contre, ça s’oublie aussi, très vite parfois. Si vous décidez de courir et méditer, acceptez que la révélation ne va pas tomber du ciel mais de votre pratique. Il va falloir quelques sorties pour développer votre pratique d’une part et d’autre part, quand vous sortez, il faut du temps avant de rentrer dans votre bulle méditative. La méditation n’est pas un bouton on/off. L’apprentissage de le méditation est un exercice lent et long mais qui porte ses fruits quand on y arrive. Tenez bon et accordez-vous du temps et de l’indulgence pour y arriver.

>>>Vous pouvez lire aussi : Confessions d’une (ancienne) taille 46 : épisode 1 « Le déclic »

Courir et méditer, astuce 4 : Respirez

De la même manière que la méditation « classique » implique une concentration sur la respiration, la méditation en courant relève du même procédé. Respirez profondément et lentement en vous concentrant sur la sensation de l’air qui entre dans les poumons et qui en ressort. Certains-e-s se demandent s’il faut respirer par le nez ou par la bouche et je dois avouer n’avoir aucune réponse. J’agis à la sensation et je me sens à l’aise de respirer profondément par le nez et de souffler par la bouche. J’imagine que chacun-e trouvera son rythme de souffle et la manière la plus confortable de respirer en courant.

>>>Vous pouvez lire aussi Film Free to run : 3 raisons qui en font LE cadeau original à offrir

Courir et méditer, astuce 5 : Doucement mais surement

Pour pouvoir se concentrer sur sa respiration et être en aisance respiratoire, il faut bien entendu courir lentement. Plus vous courez vite, plus vous avez besoin d’oxygène et plus vous respirez de manière saccadée. Ne regardez ni votre vitesse, ni votre temps, écoutez et sentez votre respiration. Celle-ci vous dira tout de suite si vous allez trop vite ou pas. Tant que vous pouvez respirer tranquillement et profondément c’est que vous êtes à une bonne vitesse. Si vous êtes à bout de souffle, c’est que vous allez trop vite. Faites confiance à votre corps et apprenez à l’écouter.

>>>Vous pouvez lire aussi Apprendre à manger équilibré : 4 blocages contre lesquels il faut lutter!

Courir et méditer, astuce 6 : Recentrez-vous sur VOUS

Justement et c’est le plus dur. Lorsque vous méditez dans une pièce, seule, au bout d’un moment vous arrivez à vous centrer sur vous-mêmes. Par contre, dehors, dans la rue, dans un parc c’est un exercice très difficile. Les distractions sont nombreuses pour les gens observateurs et c’est un véritable challenge que de se centrer sur soi dans ces conditions. Lorsque vous y arriverez (après un peu de pratique), vous serez dans votre bulle spirituelle en phase avec vous-mêmes. Se concentrer sur sa respiration est un moyen de lutter contre les distractions extérieures. Dès que vous sentez que vous décrochez, inspirez et sentez l’air dans vos poumons, aussi pollué soit-il, il vous permettra de vous recentrer.

>>>Vous pouvez lire aussi Les 10 commandements pour choisir vos vêtements de running

Courir et méditer, astuce 7 : Soyez prudent-e-s

La méditation c’est bien beau, être déconnecté-e du monde qui nous entoure aussi mais cela ne doit pas vous empêcher d’être un temps soi peu d’être prudent et prudente. En effet, l’idée est d’accéder à une certaine spiritualité mais pas à un état de négligence pour autant. Regardez où vous mettez les pieds, ne traversez pas n’importe comment pendant que votre aura vous protégera, ne courez pas en short en hiver pensant que votre méditation vous réchauffera et n’allez pas au fond d’un bois seul-e à 3 heures du matin. La spiritualité ne doit pas vous dénué-e-s d’un peu de bon sens et de prudence.

>>>Vous pouvez lire aussi Pourquoi courir ? Les 12 raisons de courir dont on ne vous parle jamais

Courir et méditer, astuce 8 : Connectez vos sens

La beauté de la méditation réside entre autre dans la fait de connecter les différents sens. J’ai beaucoup méditer sur mon balcon, au levé du soleil. J’entendais le calme du matin, je voyais le jeu des couleurs du soleil avant son levé, je sentais cet odeur dans l’air qu’on ne sent que le matin et tout ça me faisait du bien. En courant, c’est la même chose. La pratique régulière consiste à se connecter aux différents sens. Il est clair que si vous courez dans un endroit bruyant car vous n’avez pas le choix, oubliez l’ouïe et concentrez vous sur la plante de vos pieds qui touchent le sol par exemple.

J’espère que mes conseils vous inciteront à méditer en courant. Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave, du moment que vous courez et que vous reprenez le contrôle sur votre corps !

Vous pouvez lire aussi : 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook
Retrouver la motivation
Se motiver pour courir : 3 mythes à déconstruire

Comment se motiver pour courir, grande question. Aux grandes questions, les petites réponses suffisent parfois… Il y a quelques jours, je m’apprêtais à sortir courir lorsque j’ai reçu un message. Mon interlocutrice me faisait remarquer que, à cause du vent, les parcs étaient fermés. Elle conclut en écrivant « mais si …

Retrouver la motivation
Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles en 2018….et je le regrette

Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles. Tandis que 40.000 personnes bravent la chaleur, ce dimanche matin, je suis derrière mon ordinateur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Et j’avoue, je regrette. Mon agenda était pourtant bien réglé pour être prête le jour j. Mais je …

Retrouver la motivation
Commencer à courir : 3 conseils AVANT de débuter la course à pied

En général, commencer à courir démarre avec une envie forte. Vous avez envie de chausser vos chaussures et de sortir courir ? Mais vous bloquez. Vous n’osez pas. Et si on vous regardait bizarrement ? Ou encore, et si on se moquait de vous et votre « grand âge » ? Et …

Close