J’ai vraiment pas envie de courir…Comment gérer une baisse de motivation ?

Run run run

Quel coureur ou quelle coureuse ne s’est pas retrouvé-e à un moment démotivé-e face à son entrainement ? Qui n’a pas reporté ses sorties hebdomadaires prétextant un tas d’excuses qui paraissent toujours très légitimes quand on les sort…Débutant-e-s ou confirmé-e-s, tout le monde doit gérer une baisse de motivation. J’en ai moi-même connu quelques unes mais c’est une amie, que j’appellerai Gigi, qui m’a inspirée cet article. Gigi a commencé à courir en même temps que la création de ce blog. Motivée, déterminée, battante…elle m’a impressionnée et motivée tant à courir avec elle qu’à écrire des articles. Mais Gigi m’a dit hier, au coeur de l’hiver, un 20 février 2018, que ça faisait 1 mois qu’elle ne courait plus 🙁 et qu’elle était démotivée. Mon coeur de coach a failli se briser mais avant, je me suis dit que j’allais écrire pour Gigi, et toutes les personnes qui passent par là. A toutes les Gigi sur cette terre, cet article vous est dédié! Voici 16 conseils pour vous remotiver mais avant, je vous présent 3 constats (histoire de vous déculpabiliser un peu).

Le coeur de l’hiver, c’est démotivant

Le manque de lumière, le froid, la faim (ben oui, le froid ça donne faim…), les grèves…tout est bon à prendre comme prétexte en hiver. Tout fonctionne : la hausse des prix, le divorce de Jennifer Aniston, tout contribue à vous donner envie de ne pas sortir, de ne pas faire d’effort et de vous emmitoufler dans une couverture devant la saison 5 de Breaking Bad (que j’ai trouvé décevante contrairement à ce qu’avait dit tous les critiques, mais soit). Alors, sans vouloir vous donner envie d’encore plus vous complaire dans votre situation de démotivation, c’est normal. Si vous lisez cet article le 15 juillet prochain, ça le sera moins.

démotivation remotiver

La démotivation, c’est un cercle vicieux

Vous ne sortez pas courir, c’est démotivant, et la démotivation vous empêche de courir et donc vous ne courez pas et vous êtes démotivé-e-s, et comme vous êtes démotivé-e-s, vous n’avez pas envie de courir….on tourne en rond, et on court pas. C’est donc tout aussi normal d’avoir l’impression d’être englué-e dans cette démotivation et d’avoir du mal à en sortir.

démotivation

La démotivation dans la course à pied, c’est rarement qu’une histoire de course à pied

Ce que j’ai réalisé pendant ces périodes c’est que c’est rarement une démotivation qui ne touche QUE la course à pied. C’est un état plus général, qui se répand sur toutes les sphères de la vie : professionnelle, personnelle, etc. Et comme « tout va mal » ou « ce n’est pas la bonne période », la course à pied et les entraînements en subissent les conséquences (et c’est normal aussi).

démotivation remotiver

Alors on déculpabilise un peu et on lit les 16 conseils suivants pour lutter contre la démotivation!

A partir de 5 ans de course à pied, différentes phases de démotivation et de motivation, un diplôme en psychologie, j’ai repris 16 conseils qui pourraient vous aider.

1. Une vidéo de Rocky, ça aide

Pour des raisons que j’ignore, avant d’aller courir je regarde cette vidéo de Rocky. Pour être complètement honnête, je ne sais pas comment ça a commencé mais c’est diablement efficace. Cette musique, ce clip (même si les vêtements de running et les chaussures ne sont pas terribles) me donnent envie de sortir courir. Cherchez une vidéo, une chanson, une musique qui vous donne des ailes et vous aide à reprendre le contrôle.

2. Une vidéo des JO, ça rebooste

Le sport à la télévision possède quelque chose de magique. Même si on ne gagne rien derrière son écran, on vibre avec les athlètes, on s’identifie aux champions, on partage leur victoire. C’est ce qui est fabuleux, et fédérateur, dans le sport. Cette vidéo du 4X400 mètres féminin lors des Jeux Olympiques me fait toujours bondir de ma chaise, même si je connais la fin. Même si je sais qui va gagner, la manière dont elle gagne est juste wawwweeee et je trouve ça super motivant. Il existe de nombreuses vidéos de sprints finaux époustouflants, je vous assure que ça vous reboostera. 

3. Lire des citations, ça (m’énerve mais ça) inspire

Si vous avez parcouru mon blog, vous avez dû lire mon article sur les citations censées nous remotiver. Personnellement, ces citations ne me motivent pas mais je sais que ces mots touchent certain-e-s d’entre-vous. Donc si vous êtes dans une phase de démotivation et que vous y êtes sensibles, faites-vous un shoot de citations.

4. Un club de joggeur-ses, ça motive

L’an dernier, suite à une longue démotivation, je suis tombée sur une association de joggeurs et joggeuses connue sous le nom de Kuristo. Reprendre l’entrainement avec ce groupe chaleureux et sympathique m’a obligé à sortir de ma zone de confort (ils rigolaient pas avec les entraînements :-D) et à lutter contre ma démotivation. Après quelques mois j’ai pu revoler de mes propres ailes/jambes.

5. Un-e ami-e qui court au même rythme et aux mêmes heures, c’est un bon plan

J’insiste sur l’ami-e qui court au même rythme parce que si vous vous retrouvez avec un fou furieux ou une folle furieuse de la vitesse, ça peut avoir l’effet inverse. Et devenir un plan foireux. Je n’insiste pas sur « l’ami-e » car vous pouvez courir avec votre ennemi si ça vous donne la rage de courir. Le bon plan c’est un voisin ou une voisine (le conjoint, la frère, la soeur, la cousine, l’oncle, le père, la grand-mère, ami, ennemie, etc.) qui court à la même vitesse ou un-e collègue que vous pouvez accompagner sur le temps de midi. C’est ce que j’ai fait avec une amie-collègue qui a notamment raconté son parcours de joggeuse dans 3 épisodes décalés.

6. Une course à pied officielle, ça donne une bonne raison de s’entraîner

Nous sommes au mois de février et, à partir du mois d’avril, il y a de belles courses à Bruxelles dont le mythique 20 km de Bruxelles le 27 mai 2018. Avoir un objectif de course (voici la liste des courses à Bruxelles) avec un dossard et une ligne d’arrivée, peut vous donner une bonne raison de vous y remettre.

7. Un objectif (ambitieux), ça permet de garder le cap

Peut-être que vous vous êtes perdu-e-s dans une sorte de routine runningatoire. Auquel cas, je peux comprendre la démotivation. C’est le moment de fixer un objectif, ambitieux mais réaliste, à atteindre. Pour ma part, je me suis fixée un marathon en octobre 2018. Est-ce pour autant que je ne subis pas de phase de démotivation ? Non, je suis un être humain, avec mes hauts et mes bas mais savoir que je dois courir 42,195 km me rappelle que je dois suivre mon entrainement.

8. Discuter avec d’autres coureurs-ses, ça recharge les batteries

Un des gros problèmes que je constate et dénonce c’est que l’entourage de manière générale et au sens large a du mal à soutenir vos efforts, vous motiver, vous encourager. Curieusement, les gens autour de vous préfèrent vous enfoncer. Vous avez arrêté de courir ? Et après, la terre tourne toujours. Ils n’en font pas un drame mais ne chercheront pas à vous aider. D’où l’intérêt de discuter avec des personnes qui partagent ce hobby, qui sont parfois inspirantes, motivantes, réconfortantes même. Ces personnes-là, cherchez-les, trouvez-les et gardez-les près de vous car elles sont des recharges inestimables pour les batteries de la motivation.

9. Accepter que tout n’est pas perdu, c’est un bon moyen de s’y remettre

Nous, les coureurs et coureuses, pour des raisons obscures, sommes très dures avec nous-mêmes. Il suffit de rater 1/2/3 semaine-s d’entrainement pour considérer que notre terre s’est arrêtée de tourner et que ça ne sert plus à rien. Nous fonctionnons dans une sorte de « tout ou rien ». Oui, le manque d’entrainement peut faire régresser. Mais ne sous-estimez ni votre corps ni votre mental. Si vous reprenez, vous réapprendrez vite et vous en sortirez encore plus fort-e mentalement. Soyez indulgent-e-s avec vous-mêmes et reprenez doucement  s’il faut mais reprenez. 

10. Se souvenir du sentiment de l’effort accompli, ça fera rebattre votre coeur

Quand je suis démotivée j’essaie de me rappeler, en regardant la vidéo de Rocky, du sentiment de bien-être que je ressens après une course. Même si je suis brûlante, que mon coeur a failli me sortir par les oreilles, que mes jambes ne répondent plus, j’arrive chez moi et je me dis « c’est fait » avec une satisfaction sans nom. Reprendre après une phase de démotivation augmente ce sentiment de satisfaction.

11. Repenser aux courbatures méritées, ça vous fera sentir vivant

Souvenez-vous vos premières courses si vous êtes débutant-e-s, vos derniers 20 km ou votre dernier marathon. Vous vous souvenez sans doute de ces douleurs aux quadriceps et aux mollets. Pourtant, ces muscles qui ont travaillé pour la bonne cause vous ont fait du bien, vous permettaient de vous sentir vivant et de l’avoir fait. Je me souviens de la 1ère fois que j’ai couru les 20 km de Bruxelles. Le lendemain, un lundi, j’étais au bureau et je ne savais plus marcher mais quel bonheur! C’est à ce bonheur qu’il faut essayer de se raccrocher quand vous êtes en pleine démotivation. 

12. Avoir des vêtements qui puent le coyote dans votre bac à linge, ça redonnera un sens à votre vie

Démotivation rime avec vêtements de sport non utilisés, et ça, c’est péché. Faites un tour dans votre garde de robe de sport, regardez vos vêtements de running trop propres, trop secs, trop au repos et demandez-vous si c’est la vie que méritent des vêtements de running ? Vous savez bien que non. Vous avez investi dans des vêtements et des chaussures, retrouvez la motivation de leur redonner vie.

13. S’y remettre, ça brise le cercle vicieux

Comme je le disais plus haut, arrêter de courir est démotivant et la démotivation empêche de courir. C’est le moment de briser ce cercle de la démotivation déprimante hivernale et infernale. Retrouver la motivation de courir, en courant. Briser le cercle vicieux, vous en avez la possibilité mentale.

14. Reprendre le contrôle, ça rend plus fort

Et si vous y arrivez, vous chaussez vos shoes et vous sortez. Alors là, vous avez gagné. Pas une médaille ni un trophée mais vous avez gagné une bataille contre vous d’une part et contre la société de pantouflards dans laquelle on vit et qui attend de nous qu’on reste sur nos canapés. Reprenez le contrôle sur votre vie, vous en sortirez plus fort et peut-être même, invincible.

15. Une pause, ça fait du bien

Ceci dit, parfois s’arrêter un peu ça fait du bien. Du bien au corps, du bien au moral, du bien tout court. Mais c’est parce que vous aurez décidé de faire une pause, pas parce que votre motivation vous joue des tours. Vous pouvez vous fixer une pause et reprendre l’entraînement après un laps de temps. Le tout étant d’avoir du bon sens. Une pause de 6 mois, à moins d’être enceinte, ça n’a pas de sens. Servez-vous de cette pause pour rebondir mais ne vous enfoncez pas dans la spirale de la démotivation.

16. Penser aux progrès accomplis, ça rappelle le chemin parcouru

Certaines personnes oublient le chemin parcouru en course à pied. Certaines personnes ont commencé par 3 km pour finir par courir les 20 km 3 années de suite (dédicace à Vaval…). C’est ce qui est fort en course à pied, c’est l’idée de progression qui doit servir de motivation pendant les moments de blues. Au début de cet article je parlais de Gigi qui s’était fixée l’objectif de courir 40 minutes sans s’arrêter, en 6 semaines. La première fois qu’on est sorties courir, on avait couru 15 longues et difficiles  minutes. 6 semaines après, Gigi a couru 40 minutes sans s’arrêter (preuve à l’appui sur cette image).

démotivation

Alors Gigi, tu ne cours plus depuis 1 mois mais tu as encore des mois et des mois pour courir et t’améliorer. Je te souhaite de te remotiver et d’inspirer d’autres gens parce que moi, coureuse aguerrie, tu m’as inspirée et motivée au fil des 6 semaines de ton entrainement. 

A toutes les personnes en baisse de motivation, reprenez le contrôle, posez-vous des questions sur votre démotivation et sortez de cette spirale. Vous pouvez le faire. Et au fond, vous savez que vous devez le faire. 

 

 Ces articles peuvent aussi vous intéresser : 

Commentaires Facebook
Retrouver la motivation
Se motiver pour courir : 3 mythes à déconstruire

Comment se motiver pour courir, grande question. Aux grandes questions, les petites réponses suffisent parfois… Il y a quelques jours, je m’apprêtais à sortir courir lorsque j’ai reçu un message. Mon interlocutrice me faisait remarquer que, à cause du vent, les parcs étaient fermés. Elle conclut en écrivant « mais si …

Retrouver la motivation
Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles en 2018….et je le regrette

Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles. Tandis que 40.000 personnes bravent la chaleur, ce dimanche matin, je suis derrière mon ordinateur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Et j’avoue, je regrette. Mon agenda était pourtant bien réglé pour être prête le jour j. Mais je …

Retrouver la motivation
Commencer à courir : 3 conseils AVANT de débuter la course à pied

En général, commencer à courir démarre avec une envie forte. Vous avez envie de chausser vos chaussures et de sortir courir ? Mais vous bloquez. Vous n’osez pas. Et si on vous regardait bizarrement ? Ou encore, et si on se moquait de vous et votre « grand âge » ? Et …

Close