Les 3 fausses promesses du « Miracle Morning »

Coaching Motivation

Vous avez entendu parler du « Miracle Morning » d’Hal ELROD, vous êtes intriguées et vous vous demandez si « ça marche » ? Je l’ai lu pour vous et je trouve que le « Miracle Morning » c’est boooorrriiinnng à mourir. Je ne comprends pas pourquoi certains livres de développement personnel disent si peu de choses en tellement de pages. De plus, quand ils doivent rajouter une idée, ils rééditent le bouquin en y ajoutant 70 pages.

Pourquoi vous parler d’un livre qui m’a profondément ennuyé ? Notamment parce que j’ai expérimenté  la méthode et  que je me suis fait un avis. Avis que  je partage ici avec vous.

Pour ma part, j’ai toujours pensé que le matin n’aurait pas dû exister, le matin devrait commencer à 11h, le matin est une erreur existentielle qui m’a pourri la vie. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours eu de mal à me réveiller pour aller à l’école, pour aller à l’université, pour aller travailler. La seule raison qui me faisait sauter du lit très tôt, c’étaient les voyages scolaires. Enfin, je dis « voyages », on n’a jamais quitté le territoire belge. Mais bon, là, j’avais une vraie raison de me lever. Pour le reste, le réveil qui sonne ou le « réveil lumière » supposé remplacé le lever de soleil, mouais, très peu pour moi. Heureusement ça fonctionne sur d’autres.

Longtemps, j’ai pensé que le monde appartient à ceux et celles qui se lèvent tôt. J’observe un tas de personnes de mon entourage qui se lèvent tôt mais j’avoue ne pas voir comment le monde leur appartient. Pire, j’ai l’impression que ce sont les personnes qui sont le plus victime du système.

Ceci dit, au fond de moi, mais vraiment au fond de moi, je me dis que se lever tôt, ça doit bien servir à quelque chose. J’ai essayé de mettre mon réveil un quart d’heure plus tôt. Je l’ai éteint à chaque fois. Puis, j’ai dormi les rideaux ouverts, mais bon, en Belgique, ce n’est pas le soleil qui risque de m’aveugler.  J’ai tenté beaucoup de choses. Rien n’a fonctionné.

Un jour, au détour d’une librairie, je tombe sur ce bouquin en version « poche » (parce qu’il y a aussi une version d’un demi-kilo).  Je commence ma lecture, je saute un peu les lignes parce que je trouve que l’auteur s’étale, s’étale encore, explique en 3 pages ce qui est compréhensible en 2 lignes.

La méthode du miracle morning

L’auteur explique sa méthode qui consiste à se réveiller tôt certes, mais pas que. Il applique ce qu’il nomme le S.A.V.E.R.S. (Silence – Affirmations – Visualization – Exercices – Reading –Scribing) autrement dit, en Français : silence/méditation  – affirmations – visualisations – exercices physiques – lecture – écriture.

L’auteur se réveille donc tôt, s’accorde un moment de silence (zen…), fait des affirmations positives (j’imagine qu’il se dit « le miracle morning sera un succès, le miracle morning sera un succès, … »), visualise ses objectifs (« je vais éditer voire rééditer mon livre »), fait de l’exercice physique (une, deux, une, deux), lit (tranquillement) et finit sa session par l’écriture (du miracle morning, entre autre). Ça lui prend 1 bonne heure apparemment.

Le programme fait un peu peur mais l’auteur affirme que de nombreuses personnes font pareil et leur vie est transformée. Ah bon ? Faut croire que oui. Il y a même une sorte de communauté du « miracle morning » où les gens vont dire ce qu’ils font le matin et à quel point c’est génial. Je peux vous avouer que tous ces gens qui s’emballent en même temps, ça crée en moi plus de méfiance que de confiance. Mais bon, à la fin de la lecture, je retiens quelques fausses promesses et heureusement quelques bonnes idées.

1. La promesse (ou le miracle) d’une méthode applicable à tout le monde

Cette fausse idée consiste à penser qu’il « suffit » de se réveiller tôt, de faire des visualisations, des affirmations, du sport, etc. pendant 1 heure tous les matins et c’est gagné. De nombreuses personnes ont témoigné (bien évidemment pas dans le livre ou dans la communauté du miracle morning) du fait qu’ils étaient crevés, que le rythme était trop soutenu, et que si au départ, l’idée était excitante, très vite, elle devenait une contrainte.

Forcément, les cas cités dans le livre ou donnés en exemple sont ceux pour qui la méthode a été efficace. Quelques grandes stars américaines venant appuyer la méthode et la rendre aussi crédible qu’alléchante.

Mais qu’en est-il des autres ? Ceux qui ont essayé et pour qui ça ne marche pas ? Faut-il considérer que c’est leur faute ? Ou tout simplement accepter que la méthode n’est pas applicable à tout le monde ?

Cette fausse bonne idée n’empêche pas que ça peut fonctionner sur beaucoup de personnes. Je ne le nie pas mais ça ne fonctionnera pas « de fait », par « principe » ou par « magie ».

2. La promesse (ou le miracle) du changement de vie

Le propos de l’auteur est très orienté vers la réussite financière. Alors oui, c’est important. Bien sûr, on ne vit plus pas encore d’amour et d’eau fraîche. Certes, on vit dans une société où c’est un point d’attention très fort et une préoccupation obsessionnelle. En admettant tout cela, axé autant sur cet aspect, biaise, selon moi, toute la question de l’évolution personnelle dans d’autres domaines.

C’est un grand classique lorsqu’on s’intéresse à la littérature américaine sur le développement personnel. Aussi paradoxal que ça puisse paraitre, la culture américaine associe de manière très forte « développement personnel » et « chiffre d’affaires à 7 chiffres ».

L’auteur promet donc un changement de vie, surtout axé sur la réussite financière, et néglige (ou n’insiste pas sur) d’autres domaines, moins lucratifs. Ecrire pour le plaisir, tricoter une écharpe, peindre une toile, chercher un autre boulot, etc. paraissent moins importants. Ces « petites » choses ont pourtant tous leur sens et leur intérêt.

3. La promesse (ou le miracle) des 21 (ou des 30) jours

L’idée, faussement bonne ou bonnement fausse, est séduisante, je dois l’admettre. Il faudrait 21 jours pour changer une habitude. Ainsi, lorsque vous adoptez cette nouvelle action (vous levez tôt), vous passez par des phases entre le 1er jour et le 21ème jours. Passé le cap des 21 jours, au bout de 30 jours, la nouvelle habitude sera ancrée. C’est la promesse qui est faite en tout cas.

Par contre, cette idée permet néanmoins de « s’accrocher » plusieurs semaines. Une fois les 21 jours passés, si vous ne ressentez pas cette nouvelle habitude vous envahir, c’est que vous êtes vachement normal.

Cette promesse manque de nuance. Vous connaissez certainement des personnes qui ont décidé radicalement de changer et qui y arrivent en 1 jour . Tout comme vous connaissez des personnes qui font le yo-yo dans leurs changements, et décident chaque mois d’arrêter un comportement. Il est donc important et essentiel de connaitre votre propre fonctionnement pour ne pas être déçue au bout de 21 ou 30 jours.

Pour ma part, après avoir fait l’expérience que je partage avec vous ici, je retiens que le « miracle morning » recèle au moins 4 bonnes idées. Loin des fausses promesses, le fait de se réveiller tôt peut être un véritable moteur dans votre vie.

Mon avis pour y arriver ?

Prendre d’abord conscience des points précédents. Votre univers ne va peut-être pas se transformer, vos habitudes de lève-tard ne vont pas d’office changer en 21 jours, et ce ne sera peut-être pas applicable dans votre cas. Ceci dit, il ne faut pas désespérer et tenter la chose. Voici mes conseils si vous vous tentez (et souhaitez pérenniser) l’expérience :

  • Commencez par trouver un (ou plusieurs) objectif(s). Un qui vous passionne et pour lequel vous manquez de temps : créer une entreprise, tricoter une écharpe, méditer, courir, lire, un moment calme sans les enfants, écrire, faire du sport, peindre votre salon ou peu importe.
  • Mettez votre réveil en vous disant que demain, vous vous réveillez pour faire l’activité choisie, y consacrer , y travailler. 
  • Le matin, en ouvrant les yeux, pensez à votre objectif, luttez contre vos voix intérieures et levez-vous. C’est la partie la plus difficile mais vous avez une bonne raison de vous lever.
  • Agissez en vous accordant entre 10 minutes et 1 heure pour cette activité le matin.

Le faire une semaine sera facile, peut-être même deux. Ensuite, il s’agira d’une question de motivation et de discipline. Lorsque vous perdrez la motivation, comptez sur votre discipline. Le tout est de trouver une bonne raison de se lever pour soi. Mais aussi pour son potentiel, pour son bien-être, pour sa santé, pour son esprit. Le plus important (et le plus difficile aussi) est de passer maintenant à l’action !

Pour faire le point sur votre ou vos objectifs à réaliser, je vous invite à lire 1 action motivante applicable immédiatement.

Vous pouvez également le lire et vous faire votre propre avis

Le plus important est de trouver des solutions pour se développer. Reprenez le contrôle sur votre temps !

 

Commentaires Facebook
Coaching Motivation
Se motiver pour courir : 3 mythes à déconstruire

Comment se motiver pour courir, grande question. Aux grandes questions, les petites réponses suffisent parfois… Il y a quelques jours, je m’apprêtais à sortir courir lorsque j’ai reçu un message. Mon interlocutrice me faisait remarquer que, à cause du vent, les parcs étaient fermés. Elle conclut en écrivant « mais si …

Coaching Motivation
Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles en 2018….et je le regrette

Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles. Tandis que 40.000 personnes bravent la chaleur, ce dimanche matin, je suis derrière mon ordinateur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Et j’avoue, je regrette. Mon agenda était pourtant bien réglé pour être prête le jour j. Mais je …

Coaching Motivation
Commencer à courir : 3 conseils AVANT de débuter la course à pied

En général, commencer à courir démarre avec une envie forte. Vous avez envie de chausser vos chaussures et de sortir courir ? Mais vous bloquez. Vous n’osez pas. Et si on vous regardait bizarrement ? Ou encore, et si on se moquait de vous et votre « grand âge » ? Et …

Close