L’expérience que Will Smith ne regrettera jamais (et moi non plus!)

Retrouver la motivation

Vous vous demandez quel point en commun j’ai avec Will Smith ? Je me le demande aussi. Mais en réfléchissant bien j’en trouve au moins deux. Premièrement, nous avons tous les deux vécu l’expérience du saut en parachute. Bon ok lui à Dubaï et moi au skydive (l’aérodrome) de Spa, mais bon, la loi de la gravité est la même. Deuxièmement, il a effectué son saut un 4 janvier, le jour de mon anniversaire. et ça, ça nous fait assez de point commun pour nous retrouver dans le même article.

En mai 2017, une amie m’annonce qu’elle m’offre un cadeau : un saut en parachute. Au début, je me suis demandée où était le cadeau là-dedans. Mais en discutant avec elle, c’était bien ça le cadeau : le saut en parachute. L’idée était excitante et je l’avais déjà envisagé dans ma bucket-list mais pour des raisons que j’ignorais à ce  moment-là, je n’avais jamais sauté le pas. Aujourd’hui je sais que j’avais peur. Tout simplement peur et que j’ai retardé aussi loin que possible ce saut en parachute dont pourtant je rêvais.

Me voici devant le fait accompli. La date est bloquée, mon saut réservé. Passée l’excitation, la peur revient insidieusement.  Et si ? En toute objectivité, et si le parachute lâchait ? Et si je mourrais bêtement (en considérant qu’il y a des morts intelligentes.) ? A-t-on bien vérifié l’état de l’avion ? Et si je n’osais pas ? Et si mes chaussures se barraient pendant le saut ? Qu’est-ce que penseraient mes amis ? Et si je faisais l’ouverture du JT de RTL ? Nooooooon pas RTL, tous les journaux mais pas RTL…Ainsi, des craintes rationnelles, irrationnelles ou sociales venaient m’embuer. Que penseraient mes parents s’ils savaient que j’allais sauter d’un avion ? Ils désapprouveraient certainement. Oh, non pas parce que c’est « dangereux » mais plutôt parce que ça ne « sert à rien ».

Je me suis rendue compte que j’avais beau lutter contre les messages à peine subliminaux de mon éducation, ces messages étaient encore présents. Et c’est là que j’ai trouvé ma motivation à le faire. Lutter contre ces petites voix qui nous incitent à en faire le moins possible, à ne pas trop en faire, à s’effacer, à se faire toute petite, à s’oublier. Non, je vais le faire et l’assumer ! J’ai donc regardé beaucoup de vidéo de sauts en parachute et étais tiraillée entre l’envie d’y être et la peur d’y être.

Toute expérience qui échappe à notre contrôle (comme le saut en parachute) nous fait peur

La peur est un sentiment d’inconfort qu’on évite au maximum. Contrairement aux enfants d’ailleurs. Vous avez surement remarqué que les enfants recherchent le sentiment de peur. Combien de fois ai-je dit à mes neveux et nièces « Si je t’attrape, je  te jette dans le canal » et les voilà en train de courir en riant, espérant que je leur coure après. Ils adorent qu’on leur court après, qu’on leur fasse peur, mais quand ce sentiment disparaît-il ? Je n’en sais rien. Mais il est vrai que si un adulte vous dit la même chose, qu’il va vous jeter dans le canal, c’est tout de suite moins drôle et je vous encourage à courir. Ce que je veux dire par là, c’est que les enfants sont moins paralysés par la peur que nous, adultes. Cette peur nous empêche de nous réaliser, de tester de nouvelles expériences, de nous dépasser.

La date approche et je ne sais pas si je veux vraiment de ce cadeau. Pourtant, j’en ai testé de nouvelles choses mais là, sauter d’un avion, ne plus RIEN contrôler, l’accepter. J’avais du mal avec l’idée. C’est alors que je suis tombée sur la vidéo de Will Smith qui, pour une fois, n’est pas en train de sauver le monde dans un film. Cette vidéo (dont vous trouverez le lien en bas de l’article) est ultra inspirante et donne une véritable leçon de vie.

Le jour J

Le jour-j! Je suis à l’aérodrome de Spa. Le saut n’a pas été annulé pour causes météorologiques. Au contraire, le temps est simplement parfait, zéro nuage et une totale visibilité. Situation exceptionnellement positive en Belgique. Au fond de moi, je souhaitais une annulation : trop de pluie, de nuage, de vent, la Belgique quoi! Et bien non ! Il fait sublime.

J’observe les parachutistes plier leur parachute et je me demande si les fils ne vont pas s’enrouler en les pliant comme ça ? Je me change en mettant cette combinaison jaune digne des clips de Puff Daddy dans les années ’90 mais soit. L’angoisse monte.

Je regarde les sauts des personnes avant moi et je souhaite accélérer le temps pour être déjà dans l’avion. Pour que cet inconfort soit déjà fini. J’appréhende mais au fond je sais que ce que je vais vivre est unique, incomparable, sensationnel et les mots de Will Smith résonnent dans ma tête.

Ceci dit, en attendant mon tour je me suis bien demandée « pourquoi ? » et « pourquoi je fais ça ? » ou « pourquoi tous ces gens font ça ? » Toute nouvelle expérience, sans être aussi extrême, nous confronte à une de nos peurs : parler en public, conduire une voiture, prendre l’avion et en sauter tant qu’à faire. Au fond, quel intérêt ? Quel intérêt de s’y confronter ?

Il est temps de monter dans l’avion…

spa

Un mélange de sentiments m’envahit quand je monte dans cet avion : je retourne en arrière ou je monte ? J’y vais ou j’y vais pas ? Je dois ou je dois pas ? C’est très curieux mais une force me pousse à monter et je me dis que dans quelques minutes, ce sera fini. Je serai au sol et toutes mes peurs seront retombées. Mais ce n’est pas aussi simple. La partie la plus facile, ça reste de monter dans l’avion… Après il y a le décollage et là, je me souviens de toutes les saisons d’air crash que j’ai regardées. Je me demande pourquoi on regarde ces émissions et je me dis que ce petit avion ressemble à certains épisodes qui finissent pas toujours bien. Mais sérieux ? Pourquoi on regarde air crash ?

 

 

skydiveLe paysage est magnifique, le ciel est bleu, sans nuage, j’ai rarement vu ça en Belgique. La porte s’ouvre et là je me demande pourquoi une porte d’avion s’ouvre en plein vol ? Mon tour arrive et je n’ose pas regardé le vide parce que, petit détail, j’ai un peu le vertige…

Et puis, c’est à moi, c’est le moment. Je m’avance avec mon moniteur et mon cameraman qui font ça à longueur de journée. Il faut sauter et je saute… Je pourrai expliquer rationnellement et objectivement mes sensations mais elles ne rendront jamais compte de ce que j’ai vécu. De la gravité qui m’a entraîné vers le sol, de l’absence totale de contrôle, de ce vent qui m’empêchait de bouger, c’était juste wawe…

Ce que je retiens de tout ça :

Oser tenter une nouvelle expérience. 

saut en parachute

Ce qui réveille en nous une énergie enfouie. Peu de gens osent dans la vie, quel que soit le domaine. Nous sommes cantonnés dans nos peurs et nos zones de confort. Oser quelque chose de nouveau, et en plus d’extrême, vous oblige inéluctablement à vous démarquer des personnes qui ne tentent rien, n’osent rien, n’essaient rien. L’adrénaline circule dans le cerveau, l’excitation augmente, le sentiment d’être en vie aussi !

Se confronter à ses peurs.

Le saut en parachute réveille la plus instinctive des peurs : la peur de mourir. Vous êtes dans cet avion et la mort est en bas. Soit vous avez la poisse et vous mourez effectivement (extrêmement rare, compte tenu des statistiques) soit vous ne mourez pas et vous vous confrontez à cette peur viscérale.

La sensation de lâcher prise.

Ces deux mots sont essentiels pour comprendre ce qu’on ressent pendant la chute libre (+/- 2000 mètres dans mon cas). On ne contrôle plus rien, on accepte la chute, on dévore le paysage, on savoure la sensation du vent, on subit la loi de Newton, et on l’accepte. Le parachute s’ouvre, le choc est un peu brusque, et on se laisse descendre, lentement mais surement vers le sol.

Arriver à relativiser les choses une fois à terre.

will smithCe type d’expérience est un excellent moyen de relativiser. Pour ma part, je me suis demandée pourquoi j’avais si peur de régler mes problèmes dentaires en portant un appareil. Ça peut paraître ridicule, mais le saut m’a permis de relativiser mes peurs dans plusieurs domaines. J’ai décidé, alors que je me remettais de mes émotions, de régler mes problèmes dentaires, de me trouver un emploi qui me convient, de ne plus supporter les situations qui me dérangent et de m’inscrire à une formation de parachutisme ! Parce que…WTF ! C’était bon ! Et j’y ai pris gout. Bon, c’est un peu hors budget pour le moment mais c’est dans ma liste de chose à faire dans un futur proche.

Et enfin, frimer.

Vous avez fait quelque chose d’assez exceptionnel dans l’absolu : sauter d’un avion. Profitez-en pour inspirer les gens autour de vous. Moi j’ai récupéré ma  vidéo que vous pouvez visionner sur Youtube et je l’ai envoyé à toute ma famille (ou presque) ainsi qu’à certaines personnes proches. Toutes m’ont dit qu’il fallait « oser » le faire et curieusement, beaucoup m’ont dit que c’était leurs rêves. Ma mère m’a dit que même si on la payait, elle ne le ferait pas. Je l’ai rassurée en lui disant que personne n’allait la payer pour qu’elle saute d’un avion…

Quand j’ai un petit coup de blues, je regarde cette vidéo et je revis ces sensations uniques gravées dans ma mémoire. Je repense à la chute libre et je me rends compte que nos vies sont tellement cadenassées, qu’il faut sauter dans le vide pour se sentir vivre. Je réalise aussi, que le seul véritable risque qui existait, était le risque de vivre une expérience insolite. Paradoxalement, vivre une expérience de totale « lâcher prise » est le meilleure moyen de reprendre le contrôle sur sa propre vie, de décider, de faire des choix, de gagner en confiance et en énergie.

Je ne dis pas que tout le monde doit sauter d’un avion pour se sentir vivre mais si cela fait partie de vos rêves et que vous hésitez encore, je vous invite à regarder la vidéo de mon saut ainsi que la vidéo de Will Smith sur le même sujet. Si vous sautez le pas, et je vous le souhaite, vous gagnerez en confiance en vous, vous serez fiers d’avoir accompli quelque chose d’exceptionnel et vous augmenterez votre volonté de vaincre les obstacles de la vie. Sensations garanties !

Avec RemotivAction, reprenez le contrôle !

Commentaires Facebook
Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Retrouver la motivation
Se motiver pour courir : 3 mythes à déconstruire

Comment se motiver pour courir, grande question. Aux grandes questions, les petites réponses suffisent parfois… Il y a quelques jours, je m’apprêtais à sortir courir lorsque j’ai reçu un message. Mon interlocutrice me faisait remarquer que, à cause du vent, les parcs étaient fermés. Elle conclut en écrivant « mais si …

Retrouver la motivation
Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles en 2018….et je le regrette

Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles. Tandis que 40.000 personnes bravent la chaleur, ce dimanche matin, je suis derrière mon ordinateur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Et j’avoue, je regrette. Mon agenda était pourtant bien réglé pour être prête le jour j. Mais je …

Retrouver la motivation
Commencer à courir : 3 conseils AVANT de débuter la course à pied

En général, commencer à courir démarre avec une envie forte. Vous avez envie de chausser vos chaussures et de sortir courir ? Mais vous bloquez. Vous n’osez pas. Et si on vous regardait bizarrement ? Ou encore, et si on se moquait de vous et votre « grand âge » ? Et …

Close