Se motiver pour courir : 3 mythes à déconstruire

Retrouver la motivation

Comment se motiver pour courir, grande question. Aux grandes questions, les petites réponses suffisent parfois…

Il y a quelques jours, je m’apprêtais à sortir courir lorsque j’ai reçu un message. Mon interlocutrice me faisait remarquer que, à cause du vent, les parcs étaient fermés. Elle conclut en écrivant « mais si tu es vraiment motivée, vas-y ». Et là, j’ai répondu « je ne suis pas motivée, j’en ai pas envie et mais je vais y aller ». S’en est suivi un blanc et un vide intersidéral sidérant…pour elle. L’incompréhension. Mais enfin qui a dit que si on est pas motivé, on ne devrait pas courir ? Quand je dois descendre ma poubelle pleine, je n’attends pas d’être motivée, je le fais. Ou j’accepte que mon appartement pue. C’est un choix à faire et à assumer, bien plus qu’une question de motivation.

Quelques jours plus tard, je me retrouve avec le même type de discussion au boulot – « Ah c’est bien d’aimer courir ». Moi – « ah ben j’aime pas tellement ces temps-ci mais je dois le faire, alors je le fais ». – « Mais tu es dure avec toi ! »

De là, j’ai eu une longue réflexion sur la motivation et ce qui nous pousse à courir…ou pas. Sur le moteur d’une activité physique régulière. Mais surtout, je me rends compte qu’il faut déconstruire certains mythes sur le fait de se motiver pour courir. C’est 3 mythes vous donnent de bonnes excuses pour ne pas atteindre vos objectifs.

1. Se motiver pour courir : Ce serait une question de motivation

Certaines personnes attendent d’être motivées pour sortir courir. Ces personnes peuvent attendre longtemps. La motivation, c’est comme un bus au fin fond de la wallonie, il passe 1 fois tous les 2 jours, sans horaire précis, et si vous le ratez, tant pis pour vous. De deux choses l’une, soit vous vous tenez prêt-e-s au bon moment, soit vous vous dites, F*** la TEC (= la société de transport en wallonie) et vous vous bougez les fesses. Autrement dit, attendre la motivation c’est de nouveau, une excuse bidon. Pire, c’est un mythe dans le sport. Un mythe qui rapporte beaucoup d’argent aux coachs, aux éditeurs de livres sur le sujet, aux écrivains qui ont compris ce que vous cherchiez, aux blogs (mais bon pas le mien)…

Remplacer la recherche de motivation par une recherche de discipline, de suivi d’un plan d’action, de persévérance. Lorsque votre motivation sera à zéro, votre plan sera toujours sous votre nez. Et donc même, par grand vent, si vous n’êtes pas motivé-e-s, vous suivrez votre plan. Et l’action, ce n’est pas un mythe, c’est concret.

N’attendez pas cette foutue motivation ! Courez !

2. Se motiver pour courir : Ce serait une question d’envie

Je discutais avec…Joséphine-Charlotte (prénom d’emprunt). Jo-Cha (surnom d’emprunt) m’a dit « je me dis tous les jours je vais courir et à un moment je vais y aller ». Le problème c’est qu’elle ne court pas. Je lui demande pourquoi elle ne passe tout simplement pas à l’action. Elle me répond qu’elle attend d’avoir envie de courir car elle veut que ce soit un plaisir et qu’on ne doit pas se faire du mal. Se « forcer » c’est donc synonyme de déplaisir, d’auto-torture, de masochisme aggravé et probablement un signe de psychopathologie. Je me dis de plus en plus que c’est ce que certaines (beaucoup) de personnes doivent penser de moi. Or, celles qui me connaissent savent très bien que je suis, plus ou moins, équilibrée selon les moments. Alors, pourquoi lorsque l’on poursuit un objectif, on passe pour une personne dure avec soi-même ?

Moi, souvent, je n’ai pas envie de courir. Il fait chaud, il fait froid, il pleut, mes vêtements de sport sont dans le bac à linge, le canapé a l’air si doux, j’ai pas bien dormi je risque la syncope, j’ai pas bien mangé je risque l’hypoglycémie, j’ai pas bien bu je risque la déshydratation, mon chat est malade, Madonna fête ses 60 ans.

Tout parait ou paraitra toujours plus intéressant que l’effort si vous laisser votre esprit vous balader. Pour couper court, ne parlementez pas avec vous-même, agissez. Mettez vos chaussures, votre tenue, votre montre, etc. Et sortez, tant pis pour cette petite voix. Elle n’a qu’à vous occuper pendant votre jogging.

N’attendez pas d’avoir envie ! Courez !

3. Se motiver pour courir : Ce serait une question d’amour

Ce mythe est en lien avec le précédent. Le mythe qui vous fait croire que tous les joggeurs et toutes les joggeuses que vous croisez aiment ou adooorrrrrrreeeennttt courir. Bon, ils et elles aiment courir à la base mais ce n’est pas un amour stable et permanent. Bien évidemment que parfois, l’amour n’est pas là. Certaines fois ça parait super saoulant de devoir faire cet effort, même en en connaissant tous les bienfaits, même en ayant aucune difficulté à faire telle ou telle distance.

L’amour et la discipline, ce sont 2 choses différentes. Vous pouvez avoir beaucoup d’amour pour le course à pied et peu de discipline, vous aurez peu de résultats. Vous pouvez avoir peu d’amour pour la course à pied mais beaucoup de discipline, vous aurez beaucoup de résultats.

 

Non, ce n’est pas parce qu’on aime courir qu’on aime TOUT LE TEMPS et par tous les temps. Et encore non, ce n’est pas gagné d’avance mais bien un combat permanent. Une chose est sûre, on ne regrette jamais d’avoir fourni l’effort. On rentre toujours bien, et la douche devient un moment magique où l’on passe d’un état potentiellement puant à un état incroyablement propre. Rien que pour ça, ça vaut la peine.

 L’amour de la course à pied, ça fluctue, alors ne vous accrochez pas à ce mythe. Et ne vous privez pas de suivre votre entrainement sous prétexte que tout à coup vous n’aimez plus courir. Si vraiment vous n’aimez plus, allez nager ou faire du vélo mais n’abandonnez par « manque d’amour ».

N’attendez pas le grand amour de la course à pied ! Courez !

Se motiver pour courir, c’est quoi le secret alors ?

Dans tous les cas, accrochez-vous à votre objectif final, à long terme. Votre objectif c’est peut-être de perdre du poids, peut-être de passer de 5 à 10km ou peut-être d’avoir une activité/du temps à soi. A partir du moment où votre objectif est clair, la course à pied n’est qu’un moyen. Ne l’oubliez pas. Si vous cherchez à perdre du poids, ne vous trompez pas d’objectif et ne vous demandez pas si vous avez envie de courir, si vous avez de la motivation ou si vous aimez. Demandez-vous si vous avez envie d’atteindre votre objectif, comme perdre du poids. Si la réponse si oui, fournissez les efforts, et allez-y !

Arrêtez d’idéaliser les coureurs et coureuses qui sortent régulièrement. Ils/elles manquent de motivation parfois, manque d’envie ou d’amour lorsqu’ils/elles courent par contre, tous et toutes possèdent une véritable discipline, de la rigueur et de la persévérance. Et ça, c’est pas des mythes !

 Retrouvez la motivation par l’action et reprenez le contrôle !

 

Lisez aussi :

Commentaires Facebook
Retrouver la motivation
Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles en 2018….et je le regrette

Non, je n’ai pas couru les 20 km de Bruxelles. Tandis que 40.000 personnes bravent la chaleur, ce dimanche matin, je suis derrière mon ordinateur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Et j’avoue, je regrette. Mon agenda était pourtant bien réglé pour être prête le jour j. Mais je …

Retrouver la motivation
Commencer à courir : 3 conseils AVANT de débuter la course à pied

En général, commencer à courir démarre avec une envie forte. Vous avez envie de chausser vos chaussures et de sortir courir ? Mais vous bloquez. Vous n’osez pas. Et si on vous regardait bizarrement ? Ou encore, et si on se moquait de vous et votre « grand âge » ? Et …

Run run run
Confessions d’une ancienne taille 46 : épisode 4 « Les schizophrènes »

Vous avez été nombreux et nombreuses à lire l’épisode 1, l’épisode 2 et l’épisode 3 des « confessions d’une ancienne taille 46″….voici….enfin…l’épisode 4 ! Le réveil s’enclenche et « c’est la fête » de Stromae qui est diffusé ! Sous la couette, je fredonne la chanson … ma moitié pousse de légers grognements de mécontentement …

Close